Toi, toi, mon toi(t) #4 Questionner

On l’avait prévenue : le coup(t) du crédit c’était pas simple. Val’ eut 6 mois pour réaliser qu’en effet, l’obtention d’un crédit pour acheter l’appartement de ses rêves c’était pas simple. Non pas que son dossier ne fut pas prêt (merci le courtier) mais plutôt en rapport avec la somme de papiers et justificatifs à fournir. Car les banques verrouillent le prêt. Normal, elles prêtent les sous.

(Pour relire l’histoire depuis le début c’est par ici)

Appeler les banques

Curieusement, la banque de Val’, celle où elle dépose rituellement les piécettes gagnées à la sueur de son front chaque mois, bref, la banque donc, n’a pas levé le petit doigt pour prêter des sous. Il faut croire que Val’ ne fait pas partie de la crème de la crème des clients. Elle n’a pas un job assez intéressant, elle n’a pas (encore) gagné au loto, elle n’est pas mariée à un banquier/chef d’entreprise/boursicoteur…

Val’ a donc demandé des sous à une autre banque. Un établissement connu, qui lui paraissait bien. Enfin, c’est surtout cette autre banque qui a choisi Val’. Après une étude scrupuleuse de ses comptes…

Le banquier…

Carrément intrusif s’est dit Val’, d’aller regarder sur ses relevés si elle fait ses courses au Monop’ ou au Franprix, est-ce qu’elle a un abonnement Netflix ou Spotify, et c’est quoi ces achats en ligne en Irlande? (Ouais, Val’ a un Iphone). La banque a tout regardé et s’est aperçue que Val’ n’était pas addict aux paris sportifs, que de temps en temps elle achète des gâteaux dans une pâtisserie réputée à Paris et qu’elle paie même une inscription à un cours de Pilates. Le banquier en a conclu qu’il pouvait ajouter Val’ comme nouvelle cliente et proposer un prêt avec un taux paraissant raisonnable à tout le monde.

T’assures ? (ou pas)

Mais pas question de filer des sous comme ça. La banque prête mais veut s’assurer qu’en cas de pépin, quelqu’un remboursera la somme avancée. Le prêt est donc assuré, comme on assure sa voiture ou sa maison.

Et c’est reparti pour monter un dossier, renvoyer tout un tas de papiers (merci le courtier)… Là encore, on fait le tour des organismes, on analyse le prêt, le bien, et surtout… l’emprunteur ! Mais oui, car l’objectif de l’assureur c’est quand même de ne pas payer à la place de son client. Il a donc intérêt à assurer des clients en bonne santé et qui ne tomberont pas malades. Pour cela, il lui fait remplir un questionnaire de santé. En fonction des réponses, le prix n’est pas le même…

Autant dire que les malades du cancer, les malades chroniques en tout genre, les personnes en situation de handicap, les souffreteux/loqueteux/boiteux ont peu d’espoir d’obtenir une assurance. Ou alors à un taux tellement exorbitant qu’ils ont tout intérêt par passer à Lourdes dans l’espoir d’un miracle, des fois que ça solutionne leur problème de santé. Ensuite, ils pourront rappeler l’assureur.

Comment allez-vous?

En clair, c’est le moment où, pour acheter un appartement, des gens que Val’ ne connait pas, se sont plongé dans son dossier médical. Ce dossier rempli de données confidentielles, partagées entre son (ses) docteur(s) et elle-même. Oui, parce que si elle raconte volontiers comme elle peut se fracasser la tête sans alcool mais avec du chocolat, elle ne raconte pas non plus tout sur sa petite santé (elle vous a déjà parlé de sa sciatique? ah c’est pourri la sciatique…)

Afin d’éliminer un maximum de risques, l’assureur peut même demander un examen médical. Pour quoi faire? Pour savoir comment se porte son éventuel client. Il envoie même au docteur une liste de questions ultra précises. Ah, il faut trouver un docteur sympa et qui a du temps pour faire ça, parce que des réponses apportées dépendent le taux de l’assurance du crédit ! Il faut aussi que le docteur ne s’insurge pas trop sur le secret professionnel hein… Dans cette affaire, y a pas que devant le doc’ qu’on se met à poil.

Dans le vrai questionnaire, les questions sont un peu plus… personnelles 😉

Et l’assureur il est malin, en 2022, une bonne partie des gens souffrent de pathologies liées au travail. Mal de dos? Dépression? Burn out? ça tombe mal ! « Ah non, comme tout le monde souffre de ça, on n’assure plus… »

Un jour, la prof de Pilates de Val’, amusée de toutes ses péripéties, eut cette phrase mythique « Faut vraiment que tu le veuilles cet appart’ « . Elle avait tellement raison…

To be continued

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s